Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

.

jn04_004__1_droit_de_lenfant.jpg 

  Le bien être de l'enfant un devoir pour tous

L'enfant ,en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d'une protection speciale et de soins spéciaux,notamment d'une protection  juridique appropriée,avant comme après la naissance.

 

Archives

SEF

17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 03:41

Repost 0
Published by Patrick Tsh. - dans sef-solidarite
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 04:07
DSC_0447_700x350-copie-2.jpgtogo-20enfant-20tamberma.jpgPhoto1.jpg             9846359-p.jpg11123095-p.jpg
Repost 0
Published by Patrick Tsh.
commenter cet article
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 08:04


 Le phénomène est apparu dans les années 90 en république démocratique du Congo, un pays traumatisé par la guerre, la famine et le sida. Il a pris des proportions inquiétantes, alimenté par des nouvelles congrégations religieuses dont les pasteurs assoient leurs réputations sur des prétendus exorcismes.



Les enfants de la rue pas toujours issus des familles brisées

A Kinshasa comme de part et d'autre de la RDC, beaucoup d'enfants vivent dans la rue. La plupart ne sont pas toujours issus des familles brisées comme le laisse entendre le terme en vogue «enfants en rupture familiale». Ces enfants fuient plutôt la haine, les tortures, etc. pour se réfugier dans la rue.

Certains de ces enfants se livrent à la prostitution et d'autres au vol. Victimes de la société, ces enfants sont l'objet de toutes sortes de préjugés et de toute sorte d'agression, que ce soit physique ou morale.

QUI SONT CES ENFANTS ET OU VIVENT-ILS ?

Les enfants en rupture familiale vivent en grand nombre dans les rues de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. Orphelins pour la plupart, ces enfants, abandonnés, sont souvent taxés de sorciers par les groupes de prières qui pullulent dans la ville de Kinshasa. Ces églises, bien souvent dépourvues de connaissance en matière d'exorcisme, maltraitent, torturent voire même causent la mort de plus d'un enfant sous prétexte de chasser les mauvais esprits.

Communément appelés «shégués», les enfants en rupture familiale sont redoutés par tous. Selon l'opinion publique ce sont tous des escrocs, des voleurs, des bandits. Ils font la manche à longueur de journée et sont très agressifs. Par manque de foyer stable, la plupart d'entre eux dorment dans des cimetières, sur les tombes ou sur les tables d'étalages dans les marchés. Les garçons se débrouillent jour et nuit pour trouver de quoi se nourrir. Les filles quant à elles, si elles ne rejoignent pas les clans des garçons, elles passent le plus clair de leur temps à faire des enfants. Sans éducation, sans qualification, donc sans considération dans la société, ils sont obligés de tout faire pour survivre.

QUE CHERCHENT-ILS ?

En les observant de plus près, la réaction serait de croire que c'est cette vie sans loi ni restriction qui les poussent à préférer la rue. Pourtant, tous font partie des gangs bien structurés. Il y a un chef suprême, en l'occurrence le plus vieux de la bande, et ses subalternes. Cependant, loin d'y trouver un havre de paix, la rue manifeste beaucoup d'agressivité vis-à-vis de ces jeunes. Des règles rudes parfois violentes sont respectées à la lettre.

  •  

Déçus par cette réalité, certains avouent ne pas avoir d'alternative».Je n'ai plus personne pour s'occuper de moi. Mes parents sont tous deux morts du sida. J'avais 8 ans. Je fus confié à la soeur de ma mère, qui a été convaincue par son église que j'étais la cause de ses échecs. Toute la famille était contre moi. Je ne peux donc pas y retourner même si ici je ne suis pas heureux» nous confie Jacques, 15 ans.

ESPÉRANCE D'UN CONGO SANS «SHEGUÉS»

Mais ces enfants sont nos enfants, nos frères et nos soeurs. Essayons de faire passer nos préjugés vis-à-vis d'eux et essayons plutôt de les aider à réintégrer la société. Quand bien même la lutte promet d'être dure, le minimum à faire est de leur porter secours quand ils nous le demandent. Avec de l'amour, de la patience et de la détermination, nous y arriverons.

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=Go6WqIPIsf4&feature=related

 

PROTECTION DE L'ENFANT

 

 

Repost 0
Published by Patrick Tsh. - dans sef-solidarite
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 16:50
Repost 0
Published by Patrick Tsh.
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 08:00

Croire  aux discours ou se fier aux realités quotidiennes?

Les Elèves congolais recevant leurs enseignements assis à même le sol.
Quel avenir pour le Congo ?
Des innocents meurent chaque jour mais les responsables de la misères s'enrichisent du sang des victimes.
La paix au Congo sera une  réalité si on peut s'unir pour le même idéal.


























MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT  PRIMAIRE ET SECONDAIRE

 

 






FINALITÉS DE L ’ENSEIGNEMENT NATIONAL

L ’enseignement national a pour finalité la formation harmonieuse de l ’homme
congolais,citoyen responsable,utile à lui-même et à la société capable de promouvoir le
développement du pays et la culture nationale (Loi-cadre n °86-005 du 22 /09/1986 de
l ’Enseignement National).
L ’école doit donc former des citoyens producteurs,créatifs,cultivés,consciencieux,
libres et responsables,ouverts aux valeurs sociales,culturelles et esthétiques,spirituelles
et républicaines (Charte de l ’Education,CNS,1992)

BUT DE L ’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE

L ’Enseignement Primaire a pour but de préparer l ’enfant à la vie,de lui donner un
premier niveau de formation générale,physique,civique,morale,intellectuelle et sociale.
Il doit notamment préparer l ’enfant à :
1 ° s ’intégrer utilement dans la société ;
2 ° poursuivre les études ultérieures..
Ainsi,en fin de cycle primaire,l ’enfant aura acquis :
1 ° l ’instruction fondamentale :
-écrire,lire,calculer ;
-comprendre et s ’exprimer en langue congolaise et en langue française ;
2 ° des comportements et attitudes qui traduisent un éveil développé des facultés
intellectuelles,morales,sociales et physiques.

 

 

 



Repost 0
Published by Patrick Tsh. - dans sef-solidarite
commenter cet article
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 02:07
Le monde deviendra un si nous pouvons tous
nous associer pour l'idéal de la paix

Des millions d'enfants en Afrique ont besoin de notre amour pour survivre

Repost 0
Published by Patrick Tsh. - dans sef-solidarite
commenter cet article
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 07:55
La violence sexuelle a brisé la vie de dizaines de milliers de personnes au Congo mais moins d’une douzaine de victimes ont vu leurs agresseurs traduits en justice.




Repost 0
Published by Patrick Tsh. - dans sef-solidarite
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 07:51

A QUI PROFITE LA GUERRE AU CONGO/RDC ?












Les organisations humanitaires œuvrant dans les Kivu rapportent un désastre encore plus prononcé des conditions des populations à nouveau prises entre deux feux suite à la reprise des hostilités entre principalement les éléments du CNDP et l’armée nationale, les FARDC
 














Cependant, alors que sur le terrain les affrontements ont re­doublé d’ardeur, des sources con­cordantes informent que plusieurs tonnes de cassitérites, d’étain, de l’or et d’autres minerais quittent le territoire concerné vers les pays voisins. Des membres de l’organi­sations non gouvernementales basées dans l’Est de la RDC sou­tiennent que le pillage des riches­ses de la RDC s’est accentué de­puis plusieurs mois. “Les trafi­quants parmi lesquels ‘on signale les interahamwe, les groupes re­belles congolais, mais aussi de exploitants miniers congolais et étrangers profitent de la situation de guerre et de désordre qui rè­gne dans l’Est de la RDC pour exploiter illégalement les riches­ses minières de la RDC“, a dé­claré Isidore Kanyoni, membre d’une Ong basée à Bukavu.
 
Face à la dégradation de la si­tuation dans la partie orientale de la RDC, les autorités congolaises ont l’impérieuse mission de sortir de leur léthargie en menant une diplomatie active et agressive au niveau international pour montrer qu’à côté de la guerre de type moyenâgeux qui fait chaque jours de centaine de victimes se développement les pillages des riches­ses de la RDC. Un pillage savam­ment entretenu par tous ceux qui ne veulent pas que la RDC retrouve la paix et la stabilité.
La situation humanitaire est préoccupante et nécessite une intervention urgente de tous. Faute de quoi, on risque d’enre­gistrer plusieurs cas de maladies, pourquoi pas de morts parmi les enfants.

sef.afrique@yahoo.fr 

Repost 0
Published by Patrick Tsh. - dans sef-solidarite
commenter cet article
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 18:26

S O S

NON A LA VIOLENCE SEXUELLE EN RDC/CONGO

 

Le viol est devenu pratique courante dans l'est de la République démocratique du Congo. La population locale est la proie de groupe armés, qui la harcèlent dans une impunité quasi totale. Les conséquences pour les femmes sont dramatiques

link VIDEO


 

 

Congo-Kinshasa: La prise en charge des nourrissons abandonnés, un sérieux problème

Plusieurs enfants naissent dans la rue et même dans des hôpitaux pour ensuite être abandonnés.

La prise en charge de ces nouveaux-nés abandonnés pose problème. Pour la plupart des cas, ces enfants sont récupérés par les services communaux, indique le journal en ligne de la radio onusienne.

 

Ceux-ci les remettent ensuite aux personnes de bonne volonté ou tout simplement aux couples en difficultés de conception, sans faire le suivi de leur évolution. D'autres enfants sont pris en charge dans des orphelinats à travers la ville de Kinshasa.

Pourtant, il existe un service au ministère des Affaires sociales qui s'occupent de ces cas sociaux. Ainsi, ce ministère se trouve-t-il interpeller pour assumer ses responsabilités à l'égard de ces enfants qui sont des citoyens à part entière.

AllAfrica


Repost 0
Published by Patrick Tsh.
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 08:32

Les enfants de la rue : une equation pour demain en République démocratique du Congo

 

 

Ce qui nous inquiète, c'est ce qu'il adviendra de ces enfants demain. Des milliers d'enfants vivant dans la rue sans surveillance, sans éducation, sans amour ni attention, habitués à la violence et aux brutalités quotidiennes. Quel avenir y a-t-il pour ces enfants et pour notre pays?
––Educateur d'enfants de la rue à Lubumbashi


Après la mort de mes parents, je suis parti habiter chez mon oncle. Mais les choses allaient mal chez lui. Il était souvent ivre et alors il me battait. Il a pris des choses à mes parents mais il ne voulait pas s'occuper de moi. J'ai commencé à passer de plus en plus de temps dans la rue.

––Garçon de la rue à Kinshasa


Les policiers [militaires] nous importunent la nuit. Ils réclament de l'argent et si nous n'en avons pas, ils menacent de nous arrêter et de nous battre.

––Garçon de la rue à Goma


Des dizaines de milliers d'enfants vivant dans les rues de Kinshasa et d'autres villes de la République démocratique du Congo (RDC) souffrent d'un extrême dénuement et sont exposés à une violence quotidienne. Expulsés de chez eux, sans attention ni soutien familial, ils sont victimes de sévices sexuels, physiques et affectifs. N'ayant pas d'accès assuré à l'alimentation, au logement ou à d'autres besoins élémentaires, ils sont exploités par les adultes, notamment les forces de l'ordre, qui les utilisent pour des activités illégales au détriment de leur santé et de leur bien-être, en violation de leurs droits humains fondamentaux. Le gouvernement de la RDC ne remplit pas les obligations qui lui incombent de protéger ces enfants contre les exactions commises par ses propres forces militaires et policières et par des acteurs privés. Il est particulièrement inquiétant de constater que des enfants de la rue sont recrutés de façon délibérée et opportuniste pour participer à des manifestations politiques dans l'intention de provoquer des troubles de l'ordre public, événements qui ont déjà fait des dizaines de tués ou de blessés parmi eux. les autorités se doivent de protéger les enfants de la rue de toute manipulation politique. Le gouvernement doit commencer à s'attaquer à fond aux nombreuses exactions perpétrées à l'encontre des enfants de la rue.

La République démocratique du Congo a ratifié les principaux traités internationaux qui protègent les droits humains essentiels et fondamentaux des enfants: la Convention relative aux droits de l'enfant, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC), la Convention de l'ONU contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (Convention contre la torture) ainsi que la Convention des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW), qui est particulièrement importante pour les droits des filles en RDC. La RDC a également signé la Charte régionale africaine relative aux droits de l'homme et des peuples, laquelle protège les droits civils, politiques, économiques et sociaux fondamentaux et exige que l'Etat assure “la protection des droits de la femme et de l'enfant tels que stipulés dans les déclarations et conventions internationales.”


ECHOS DU PAYS

 


 

Congo-Kinshasa: Huit jeunes garçons violés par un pasteur !



 

L'interpellation, annoncée par la Radio Okapi, d'un pasteur d'une église de réveil au Parquet de Bukavu n'était pas passée aux oreilles de sourds. Le présumé auteur de ces actes répréhensibles a été arrêté avant-hier dans la capitale.

Selon une source qui n'a pas donné d'autres indications notamment, sur l'identité de cet homme, il ressort qu'il est présenté comme un « ancien pasteur ». Que lui reproche-t-on ? Selon les brins d'informations qui circulent, plusieurs griefs sont mis à charge de l'intéressé entre autre le « viol de huit mineurs de sexe masculin ». Il les aurait soumis à ce traitement dégradant pendant longtemps. Selon le Procureur général cité par la source, ce monsieur de 39 ans abuserait de ces mineurs depuis plus de 3 mois et il a abusé surtout de confident dans l'église. D'après les indications recueillies, c'est la cellule de lutte contre les violences sexuelles au sein du Parquet qui traite ce dossier. Suite aux témoignages des familles des victimes, cette cellule a mené une enquête sérieuse qui a abouti à l'interpellation du « pasteur violeur ». D'après les sources judiciaires, l'on signale que la peine que ce pasteur en court peut aller jusqu'à 20 ans de servitude pénale principale, s'il est effectivement reconnu coupable. Ce mauvais comportement dans le chef de certains prêtres a été vivement dénoncé aux Etats-Unis d'Amérique. Voilà qu'aujourd'hui, ce comportement se signale en RDC ; ce qui est très déplorable. Si dans l'église catholique, ce sont des prêtres célibataires qui sont consacrés, ce présumé violeur, ancien pasteur de surcroît, est marié et père de famille ; n'étant privé, par la profession, d'aucune interdiction de faire la famille.

Ce faisant, les victimes et leurs familles doivent dénoncer ces genres de personnes qui abusent de la jeunesse. Quant à la justice, elle doit prendre toutes les dispositions pour qu'un châtiment exemplaire soit infligé pour décourager les potentiels auteurs de tels actes.

 

 

 

Repost 0
Published by Patrick Tsh. - dans sef-solidarite
commenter cet article