.

jn04_004__1_droit_de_lenfant.jpg 

  Le bien être de l'enfant un devoir pour tous

L'enfant ,en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d'une protection speciale et de soins spéciaux,notamment d'une protection  juridique appropriée,avant comme après la naissance.

 


Dimanche 1 avril 7 01 /04 /Avr 03:42

REPPORTAGE VIDEO

Les moyens faisant défaut pour assurer leur instruction ,plusieurs enfants en Afrique sont condamnés à hériter de la misère de leurs parents . N'est-ce pas un danger pour l'avenir de l'Afrique ? Comment l'Afrique peut vouloir se développer sans mettre en priorité la situation  de l'enfant ?

Chaque jour des enfants meurent de faim et le nombre des orphelins augmentent de jour en jour . Faut-il rester insensible à cette situation ?

Les enfants ont des droits que nous devons respecter pour donner à tous les mêmes chances de vie.

Ils ont droit à la vie , droit à l'éducation , droit aux loisir ect.

La protection de ces droits et  du bien être de l'enfant suppose que tous s'acquittent de leurs devoirs.


 

 

LE COMMERCE DES ENFANTS

journaliste : Jean-François Lépine
réalisateur :
Georges Amar

Delhi, la capitale de l'Inde, est la plus grande démocratie du monde. Pourtant, on n'a qu'à faire quelques pas dans la rue pour découvrir un scandale qui serait intolérable en Occident. À elle seule, Delhi compte des centaines de milliers d'enfants exploités par des oncles, des cousins, ou des intermédiaires mafieux qui les ont amenés de provinces éloignées. Ils vivent en semi-esclavage, la plupart du temps condamnés à rembourser le prix qu'on a payé à leur parents pour les acheter. Plus de 1200 agences font le commerce de ces enfants dans la seule ville de Delhi. Ils sont loués comme domestiques, comme ouvriers dans des usines insalubres et d'autres se retrouvent dans des bordels sinistres. Des organisations humanitaires mènent des opérations pour les libérer de la misère, mais les résultats n'empêchent pas le trafic des enfants de progresser.

Première partie
Deuxième partie
Trosième partie
Quatrième partie
Générique

images : GEORGES LAZSUK
son : GEORGES LAZSUK
montage : JACQUES DURAND



 

Mbuji-Mayi : arrestations arbitraires à Luamuela
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Des mineurs incarcérés avec des prévenus majeurs, des détenus pour infractions de droit commun gardés au cachot au-delà de 48 heures, tel est le tableau des lieux de détention de Luamuela, dans la province du Kasaï-Oriental. La section Droit de l’homme de la Monuc Mbuji-Mayi a fait ce constat au terme d’une mission d’inspection dans cette localité située à 17 kilomètres, au sud de Mbuji-Mayi, rapporte radiookapi.net

Au commissariat principal de Luamuela, le cachot est une maison délabrée en terre battue. Pour prévenir toute tentative d’évasion, six policiers armés sont chargés de la surveillance de cinq détenus. Menottés, ceux-ci sont assis à même le sol. Parmi eux, un enfant de 14 ans. Le jeune détenu a été arrêté depuis quatre jours pour vol de maïs. Ses compagnons de la cellule ont été arrêtés pour la plupart, de manière arbitraire. Ils sont pourtant encore gardés, malgré le dépassement du délai légal qui est de 48 heures. Du côté des services spéciaux, les choses ne sont pas différentes. Là aussi, le respect de procédures de détention ne sont pas de mise. Une jeune femme en pleurs est enfermée dans une petite cellule. L’Opj trouvé sur le lieu a difficile à expliquer le motif de l’arrestation de cette femme. Renseignements pris, il s’avère que Kayiba Mutombo (c’est la nom de la détenue) est une vendeuse de haricots dans un restaurant de fortune de la place. Elle a été victime d’un acte d’escroquerie de la part d’un enfant de la rue. Mais les services ont jugé bon d’interpeller aussi bien la plaignante que l’auteur présumé du délit. Ces deux cas résument la réalité des procédures judiciaires et de détention dans la localité de Luamuela. Dans la plupart des cas, les responsables des commissariats visités n’avaient pas établi les PV de saisie de détention. Témoin de ces irrégularités grâce à la mission de la section Droit de l’homme, le magistrat Marc Muamba du parquet près le tribunal de grande instance du Mbuji-mayi a exigé la libération immédiate de toutes les personnes détenues arbitrairement.

Radio OKAPI


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

SEF

Texte Libre

Catégories

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés